Nous répondons à vos questions au +32 65 36 15 84 - geometre.couez@couez.be

Les origines

Certains parlent d'un des plus vieux métiers du monde. La délimitation des biens fonciers est née avec la propriété foncière.

  • Près de 4000 ans avant notre ère, les Chaldéens représentaient sur des tablettes à l'aide de formes géométriques simples les parcelles mesurées, les superficies et les désignations des biens ainsi que des informations sur le relief. Une tablette a été retrouvée près de Telloch en Asie mineure.
  • Vers 2000 ans avant notre ère, sous Sésostris, en Egypte, les terres étaient divisées en parcelles qui déterminaient l'assiette de l'impôt foncier. L'arpenteur officiel du pharaon rétablissait les limites des propriétés après chaque inondation du Nil . On a retrouvé des papyrus égyptiens détaillant les directives pour arpenter et délimiter un terrain.
  • Les géomètres de la civilisation grecque sont connus de tous : Euclide, Pythagore, Thalès, Archimède ...
  • Plus tard, les Romains, grands bâtisseurs et aménageurs, créent un corps de géomètres et arpenteurs, les "agrimensores" (c'est-à-dire "ceux qui mesurent les champs").
  • Sous l'ancien régime français, les « arpenteurs-jurés » sont des spécialistes de la mesure et du droit du sol. On retrouve les « Arpenteurs Royaux », qui parcourent la campagne pour planter des bornes. Après la réalisation du cadastre, créé sous Napoléon Bonaparte, les géomètres se tournent plus particulièrement vers les travaux relatifs aux propriétés privées, ainsi que vers les grands chantiers d'intérêt général (canaux, chemins de fer, barrages, autoroutes...).

A la fin de l'empire napoléonien, les Provinces belges sont séparées de la France pour être annexées au Royaume d'Orange, puis devenir en 1830 un état indépendant. A partir de cette date, bien qu'ayant un passé commun, la profession y évolue différemment.

Historique

  • La profession d'arpenteur fut reconnue sous Guillaume d'Orange par l'arrêté royal du 31 juillet concernant les dispositions relatives à l'exercice de la profession d'arpenteur, modifié par l'arrêté-loi du 1er décembre 1921 et abrogé le 6 août 1993.
  • Vers le milieu du XIX e siècle, les géomètres-experts se regroupent en unions professionnelles et créèrent l'illustre Société des géomètres de Belgique qui avait son siège à Anvers et dont les statuts sont en français (à l'époque c'était le seule langue nationale et ce n'est que durant la guerre de 1914 - 1918 que le néerlandais fut instauré comme seconde langue nationale par les envahisseurs germaniques).
  • Cette société était composée de différentes sections provinciales qui devinrent les associations provinciales vers la fin du XIX e siècle.
  • Le 18 mai 1936, une loi portant modifications aux dispositions concernant l'exercice de la profession créa le diplôme de géomètre-expert immobilier et le Jury d'état, seul organisme autorisé à délivrer le diplôme de géomètre-expert immobilier.
  • En 1946, fut créée l'Union belge des géomètres-experts immobiliers qui regroupait l'ensemble des neuf associations provinciales de géomètres.
  • Après le Seconde Guerre mondiale, suite à l'hécatombe dans la profession, le Régent, en son arrêté du 16 juin 1947 institua une épreuve unique pour l'obtention du diplôme de géomètre-expert immobilier, à l'intention des candidats détenteurs d'un diplôme de niveau supérieur (ingénieur).
  • Un arrêté royal du 18 janvier 1995 protégeant le titre professionnel et l'exercice de la profession créa le titre de "géomètre-expert juré", mais il ne fut jamais mis en application.
  •  Ce n'est que le 11 mai 2003, après un combat acharné de la part des associations professionnelles que fut promulguée la loi protégeant le titre et la profession de géomètre-expert.